Accueil > Gastronomie > J.J. MARTIN > Le mironton,

Le mironton,

mi boeuf, mi poule !

dimanche 7 mai 2006, par Vintz

Comme ma vieille compagnonne fait le pot-au-feu avec trois viandes de bœuf et toujours une demi-poule, c’est normal, lorsqu’elle découpe les restes de viandes bouillies qu’elles se retrouvent toutes pour préparer le mironton.
Elle fait dorer beaucoup d’oignons coupés de bonne taille dans une casserole ou dans une poêle à l’huile, mais aussi avec une petite noce de beurre salé (c’est depuis qu’il y a une bretonne dans la famille, enfin !), elle y ajoute des cornichons* coupés en fines rondelles, elle saupoudre avec un peu de farine, jette les morceaux de viandes bouillies, arrose légèrement le tout avec un peu de bouillon de pot-au-feu et un bon verre de vin rouge, celui qui fera le compagnon du plat (salez et poivrez et servez très chaud si vous êtes le préparateur de cette modeste recette, car ma vieille copine oublie rarement).
C’est un plat du soir, dans le genre " art d’accommoder les restes" et que l’on peut servir avec des petits croûtons frits au beurre et une petite salade de pissenlits, de bourcettes de vigne ou de witloof préparée avec un peu d’huile de noix. J’ai la chance d’avoir une bonne carte de Bourgueil de la Chevalerie car c’est justement avec une bouteille de " Chevalerie 2000 " que j’ai teste pour vous cette union.

PS.* Si vous ne possédez pas de cornichons, ajoutez un bon filet de vinaigre de vin et j’espère que dans le pot-au-feu vous y glissez toujours un os à moelle.

Partager