Accueil > Gastronomie > J.J. MARTIN

J.J. MARTIN

Dernier ajout : 7 mai 2006.

Voici vingt-cinq préparations culinaires, quatorze promenades â travers des traditions gastronomiques simples et modestes, dont les femmes d’ici ont hérité et qu’elles ont à leur tour transmises. C’est une cuisine très rurale voire hypogéenne*, inspirée par les associations " mets et vins " que la famille Caslot me demande de leur concocter tous les deux ou trois ans en fonction des millésimes nouveaux et de l’élevage des plus anciens, mais qui sont en vente encore sur la carte de "La Chevalerie".
C’est assez difficile de choisir les vins et les années pour honorer les mets ou créer, voire emprunter une recette et la marier avec une respectable bouteille. Cette cuisine traditionnelle a souvent été inspirée par les fêtes populaires, les réunions de famille, les récoltes saisonnières, métives, vendanges et certains jours ferries. La bique, l’âne et le goret y sont en vedette, comme les millésimes 1989 et 2003 des "Galichets"ou des"Busardières", les gibiers â poils seront les élus pour les mariages heureux, prépares en ragoûts, civets, gibelottes ou sautes, et pour finir ma préface, je dirais comme Boileau : " Allons vieux fous, allons apprendre à boire. On est savant quand on sait boire. Qui ne sait boire, (avec modération) ne sait rien."

* C’est un bien grand mot, disons-le simplement" c’est la cuisine du peuple des cavernes ".

Articles de cette rubrique

  • Vol-au-vent aux oeufs brouillés

    7 mai 2006, par Vintz

    Je crois que je dois cette recette à un philologue ligérien avec lequel j’avais partagé un repas et une discussion philosophique autour de l’œuf et de la poule.
    Thème éternel de la naissance du monde, mais pour cette occasion, c’était plutôt une dégustation génésiaque.
    Je passe sur la fabrication des " vol-au-vent", je les achète chez un très bon pâtissier, sa pratique est plus sérieuse que la mienne et si je ne trouve pas chez lui ce genre de produit, je lui achète des petites brioches auxquelles je (...)

  • Soupe à l’ail de Bourgueil

    7 mai 2006, par Vintz

    Ce n’est pas encore une préparation culinaire de grands chefs, mais c’est la soupe des lendemains difficiles ou imprévus. Epluchez une dizaine de gousses d’ail, prenez de la graisse d’oie ou de goret, faites fondre le tout dans une casserole en saupoudrant avec un peu de farine juste avant la fin de la cuisine sans faire roussir. Versez suivant le nombre de convives un a deux litres d’eau dans lesquels vous avez fait fondre des tablettes aromatiques, (si vous avez du bouillon de pot-au-feu ou de (...)

  • Potage aux grenons et à la vinette,

    7 mai 2006, par Vintz

    Dans le Bourgueillois, les haricots sont appelés " grenons" demi-secs ou secs, â l’inverse de la Haute-Touraine ou le même mot désigne des repousses de choux, que l’on appelle aussi les asperges du pauvre. C’est comme l’oseille, qui est quelquefois, vers la fin de février, lorsque l’année est en avance, dénommée vinette, surtout chez les aborigènes. Ce potage annonce le printemps. II faut faire tremper d’abord vos haricots secs dans l’eau froide une nuit entière, le lendemain mettez-les cuire : soit dans (...)

  • Pommes de terre et laitue farcie,

    7 mai 2006, par Vintz

    Gardez entières vos petites laitues bien pommées et faites-les blanchir légèrement â l’eau bouillante et salée. Pour vos pommes de terre, on peut garder la peau ou les éplucher mais on les fait cuire quelques minutes dans une même préparation pour bien les creuser et mieux les farcir. La farce peut être commune avec du lard coupe en petits dés, les oignons aussi coupes très fins, comme les quelques échalotes grises indispensables, du persil hache, des cives ou des fines herbes. Faites fondre le lard dans (...)

  • Oeuf pochés au "Restigné",

    7 mai 2006, par Vintz

    Je dis Restigné, car autrefois, cette appellation était en vigueur en Indre-et-Loire â la limite de l’Anjou et de la Touraine, c’est surtout que j’avais à portée de main une bouteille de " Peu Muleau " 2001, vin qui représente pour moi une certaine identité de ce village mythique du Bourgueillois.
    Faites cuire dans du cabernet des petites échalotes grises et des petits oignons blancs avec quelques épices, si vous le sentez (moi je ne touche pas aux arômes du vin) salez, poivrez.
    Une fois la sauce au (...)

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |


Envoyer un message